17/11/2008

Le goût du néant...

 Le goût du néan - les fleurs du mal

 


Les fleurs du mal : Le goût du néant

Morne esprit, autrefois amoureux de la lutte,
L'Espoir, dont l'éperon attisait ton ardeur
Ne veut plus t'enfourcher! Couche-toi sans pudeur
Vieux cheval dont le pied à chaque obstacle butte.

Résigne-toi, mon coeur; dors ton sommeil de brute.

Esprit vaincu, fourbu! Pour toi, vieux maraudeur,
L'amour n'a plus de goût, non plus que la dispute
Adieu donc, chants du cuivre et soupirs de la flûte!
Plaisirs, ne tentez plus un coeur sombre et boudeur!

Le Printemps adorable a perdu son odeur!

Et le Temps m'engloutit minute par minute
Comme la neige immense un corps pris de roideur
- Je contemple d'en haut le globe en sa rondeur
Et je n'y cherche plus l'abri d'une cahute.

Avalanche, veux-tu m'emporter dans ta chute?

Baudelaire

09:00 Écrit par papillonbleu1977 dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : baudelaire, neant, fleurs du mal |  Facebook |

15/11/2008

Spleen...

Victoria Frances - les fleurs du mal - spleen

Illustration Victoria Frances

Les fleurs du mal : Spleen

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
II nous verse un jour noir plus triste que les nuits;

Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l'Espérance, comme une chauve-souris,
S'en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D'une vaste prison imite les barreaux,
Et qu'un peuple muet d'infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

- Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme; l'Espoir,
Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

Baudelaire

Voici à nouveau un extrait des Fleurs du mal de Baudelaire, j'espère que vous l'apprécierez autant que Chant d'Automne.

09:00 Écrit par papillonbleu1977 dans Victoria Frances | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : spleen, poeme, baudelaire |  Facebook |

05/11/2008

Chant d'Automne...

Victoria Frances015 les fleurs du mal - chant d'automne

Illustration d'une céation de Victoria Frances

Les fleurs du mal : Chant d'Automne

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts!
J'entends déjà tomber avec des chocs funèbres
Le bois retentissant sur le pavé des cours.

Tout l'hiver va rentrer dans mon être: colère,
Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
Mon coeur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé.

J'écoute en frémissant chaque bûche qui tombe
L'échafaud qu'on bâtit n'a pas d'écho plus sourd.
Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
Sous les coups du bélier infatigable et lourd.

II me semble, bercé par ce choc monotone,
Qu'on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
Pour qui? - C'était hier l'été; voici l'automne!
Ce bruit mystérieux sonne comme un départ.

Baudelaire

 

Aujourd'hui, j'ai eu un bref souvenir de mes années scolaires avec un rappel furtif des poèmes de Baudelaire... Les fleurs du mal.

D'autres poèmes viendront selon mes envies et mon humeur ...

 

Et vous, appréciez-vous les poèmes de Baudelaire?

16:41 Écrit par papillonbleu1977 dans Victoria Frances | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : poeme, baudelaire, fleurs du mal |  Facebook |